Le mois de juin dernier, j’ai eu la surprise et l’honneur d’être invitée à un projet Marie Claire idées.

En effet, une couverture spéciale du numéro de cet été a été dédiée aux annonceurs du magazine (1500 tirages qui ne seront donc pas visibles en kiosque). 4 créatrices, donc 4 univers mis à l’honneur pour illustrer la tendance du DIY en force ont été choisis et représentés sur une compo très rigolote.

 

3_-_couverture_Marie_Claire_Idees_685_px.jpg

 

J’ai adoré rencontrer et partager cette journée de trac et de mise en scène avec Vanessa (qui tient magnifiquement son blog Les gambettes sauvages), les talentueuses Charline et Amélie (de la mercerie en ligne Milh) et de Madeleine (community manager du magazine Marie Claire idées, du blog bricartbrac) !

Et puis c’était l’occasion de se voir « en vrai » !

 

3_-_fourreau_Marie-claire-idees-creatrices.jpg

 

L’expérience était très agréable et je voulais partager quelques images de cette folle journée dans les studios. Nous avons donc aussi été amenées à parler devant la caméra, chacune, de notre histoire personnelle et de notre connexion avec le magazine depuis nos jeunes années.

 

Adeline Klam x Marie Claire Idées from Adeline Klam on Vimeo.

 

En réalisant l’interview, je prenais conscience de l’impact qu’avait eu ce magazine pour moi, « un idéal de création ». Je réalisai que depuis toujours le magazine ne m’avait jamais quittée.

En 1990, suite à la fin des parutions du magazine « 100 idées » que ma maman achetait régulièrement, est arrivée la passion pour le nouveau magazine : « le Marie Claire idées ». Je devais alors avoir une dizaine d’années. C’était, je me rappelle à l’époque, un petit investissement à chaque parution en kiosque, mais comment imaginer louper un numéro ?!

C’étaient des bons moments de partage et d'imaginaire avec ma maman. Ce magazine m‘évoque cet échange «mère fille» sur des envies créatives communes : nous dévorions toutes les deux les créations et tendances du moment. Les intérieurs ludiques et colorés nous faisaient rêver. Les univers joyeux nous inspiraient pour s’inventer de nouvelles (petites) ambitions créatives.